« Tel père, telle fille » de Fabrice Rose – sortie jeudi 16 janvier – une histoire à la fois poignante et violente

Il s’agit du premier ouvrage de Fabrice Rose. Des liens très forts unissant un père et sa fille, malgré la violence…

L’auteur commence l’écriture de son livre en 2018. Sa méthode : écrire au préalable le prologue et l’épilogue de son intrigue. Ainsi, dès le début de l’histoire, il sait où il va emmener l’héroïne, Alex, une jeune femme de vingt-quatre ans. L’action débute en plein Paris, aux alentours du 15 août. Ludo, son petit ami se trouve dans un commissariat de police pour des faits de petite délinquance. Au même moment, un islamiste violent et dangereux vient d’être interpellé. Une bagarre éclate entre cet extrémiste et les policiers. Ludo profite de la confusion pour s’évader en volant une voiture de police. Hélas, à l’intérieur de cette dernière, se trouve la zakât, l’argent provenant du racket réalisé par l’islamiste. Il décide de le cacher chez Alex, qui n’est au courant de rien. Les amis de l’extrémiste retrouvent et torturent Ludo pour savoir où se trouve le butin. Entre temps, la jeune femme découvre l’argent. Elle tente de contacter son petit ami pour que ce dernier vienne le chercher et disparaisse de sa vie. Par cet appel, l’héroïne vient de mettre ces partisans de l’islamisme radical sur sa trace. Mais ils se retrouveront confrontés à des adversaires coriaces. Une équipe de braqueur en cavale dont fait partie Marc Man, le père d’Alex.

Émotions fortes

Pour écrire cet ouvrage, Fabrice Rose s’est à la fois inspiré de son histoire personnelle mais aussi et surtout de son imagination. Le sujet principal de l’histoire n’est pas l’opposition entre les islamistes radicaux et les braqueurs en cavale. « Je voulais que les liens entre le père et la fille soient beaucoup plus forts que l’adversité entre ces deux groupes d’individus » tient à préciser l’auteur. Il ajoute ensuite : « J’ai écrit mon intrigue avec comme héroïne principale, Alex. Le père, lui, n’est qu’un personnage secondaire ». L’écriture de son livre a également été riche en émotion pour ce grand lecteur. « En écrivant, je pensais souvent aux auteurs que j’aimais bien, parmi eux, William Faulkner. Je les remerciais car ce sont eux qui m’ont transmis aussi bien le plaisir de l’écriture que l’amour de la lecture » déclare Fabrice Rose. Mais toutes ces émotions, vous ne pourrez les retrouver que si vous vous procurez le livre ….

Disponible à partir du jeudi 16 janvier 2020 au prix de 16,90€. Dédicace le vendredi 24 janvier 2020 à partir de 19h30 à la Librairie Carnot, 2, boulevard Carnot à Vichy

Maxence Perret