Et qu’est-ce que l’histoire ?

Pour commencer … avec l’étymologie !

Le mot « histoire » vient du grec ancien historia, signifiant « enquête », « connaissance acquise par l’enquête », qui lui-même vient du terme ἵστωρ, hístōr signifiant « sagesse », « témoin » ou « juge ». Il a pour origine les Enquêtes (Ἱστορίαι / historíai en grec) d’Hérodote. Littéralement, le mot ionien Historíai signifie « recherches, explorations », et dérive selon toute vraisemblance de la racine indo-européenne *wid- qui signifie voir, ou savoir pour avoir vu.

Le mot est introduit en français au début du XIIe siècle avec le sens de « relation des événements marquants d’une vie, d’un règne » ou de « chronique d’un peuple ». Il prend aussi le sens général d’histoire (au sens de récit), polysémie qu’il a conservé jusqu’à ce jour en français comme en allemand. C’est à partir du XIIIe siècle, comme peut en témoigner l’usage qu’en fait Brunetto Latini dans son Livre dou Trésor, que le terme commence à recouvrir le sens de « récit historique ». On peut noter qu’au Moyen Âge, la forme ordinairement employée du mot était Estoire : ce n’est qu’à partir de la Renaissance que l’on reviendra à la graphie antique.

Le mot connaît de nombreuses dérivations. L’année 1213 voit ainsi la première occurrence des termes d’historien et d’historiographe (emprunt au latin historiographus). Le verbe désuet « historier » apparaissant au XIVe siècle, et l’adjectif « historique » survenant en 1447 (emprunt du latin historicus, lui-même emprunt du grec historikos. Le diminutif historiette remonte à 1657 (premier emploi par Tallemant des Réaux dans le titre d’un de ses ouvrages). Le vocabulaire savant du XVIIIe et du XIXe siècle permet ensuite l’apparition d’un vocabulaire plus spécialisé comme préhistoire (en 1872) et anhistorique.

D’après l’article de Wikipédia, L’encyclopédie libre, sur Histoire