Et qu’est-ce donc que l’architecture ?

Une définition possible :

On voit dans les Dix livres de l’architecture de Vitruve (architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J.-C.) que l’architecture comprend l’édification de toutes les sortes de bâtiments civils ou religieux, les ponts, les aqueducs, les ports, ainsi que les villes.

Le terme architecture (en latin architectura), est issu du grec ἀρχιτέκτων de ἀρχός/ή (« chef, principe ») et τέκτων (« tecton », qui veut dire « couvrir » et qui a donné « toicture » en ancien français, devenu « toiture ») ; l’architecture désigne donc à l’origine l’art de clore et de couvrir des lieux, et l’architecte celui qui dirige cette opération.

À partir du XVIe siècle, les architectes spécialisés dans la conception des bâtiments, des fortifications et des machines pour la guerre ont pris le nom d’ingénieurs.

Au XIXe siècle, certains architectes occidentaux, par exemple Eugène Viollet-le-Duc, s’attachent fortement à l’aspect constructif. Ils se concentrent en particulier sur les charpentes métalliques et participent au développement de la mécanique statique. L’architecture trouve alors une nouvelle étymologie basée sur le grec Techné, la force, la structure, la charpente.

À partir du XXe siècle, en Occident dont les conceptions de production d’objet sont alors devenues globalement techniques et productives, il est possible de définir l’architecture comme l’art de diriger la construction, de concevoir les structures, de donner finalement une apparence avec des matériaux. L’« art de bâtir » s’ajoute à la simple construction des édifices.

Dans certaines autres parties du monde, on peut formuler que cet « art de bâtir » comporte toujours une ritualisation, qui a existé dans le passé en Occident, distinguant l’architecture de la construction simple.

D’après l’article de Wikipédia, L’encyclopédie libre, sur Architecture

Photo Linéaire A