Les jeux vidéos s’invitent à la médiathèque Valery-Larbaud

Playstation 4, Nintendo Switch, Casque de réalité virtuelle… Avec la Salle Mario, salle spécialement dédiée aux jeux vidéos, la médiathèque Valery-Larbaud invite à la découverte de l’univers vidéoludique.

Les casques de réalité virtuelle, grandes vedettes de la Salle Mario.

Une salle spécialement dédié aux jeux-vidéos dans une médiathèque ? Et pourquoi pas… C’est le pari un peu fou que se sont lancé Romain Corre et son collègue Florian Diou. Un projet qui a commencé en 2017 avec la mise en place de petits ateliers sur le jeu-vidéo. De fil en aiguille, ces petits ateliers sont devenus une salle à part entière de la Médiathèque Valery- Larbaud.  » C’était assez contraignant de pas avoir de lieu vraiment dédié au jeu-vidéo. » explique Romain Corre, « L’idée derrière cette salle, c’est d’avoir un espace un peu isolé pour ne pas embêter les autres usagers de la médiathèque et d’avoir un lieu pérenne où le matériel ne bouge pas « .

Car oui, la Salle Mario possède une ludothèque assez conséquente : PS4, Nintendo Switch, casque de réalité virtuelle ainsi que des consoles rétro et des dizaines de jeux empruntables. Tous les éléments sont réunis pour satisfaire aussi bien les adeptes que les novices. « Il ne faut pas croire que c’est une salle uniquement réservé aux jeunes ! » avertit Romain « Le jeu-vidéo c’est avant tout un vecteur de lien social, ceux qui viennent ici viennent avant tout pour jouer avec les autres. »

Sur les écrans de la salle, du Fifa ou du Fortnite, mais pas seulement ! Tout est fait pour inciter à la découverte de nouveaux genres de jeux pour illustrer la pluralité des œuvres vidéoludiques « On est un peu obliger de mettre ces jeux un peu « mainstream » mais on remarque que les jeunes ne jouent pas qu’à ça et qu’ils sont assez sensibles à d’autres jeux un peu plus originaux ou par les vieux jeux des années 90. ». Des tournois sont aussi régulièrement organisés. Un atelier de création d’une borne d’arcade est également au programme. Une salle bien loin des clichés qui entachent l’image du jeu-vidéo.

Théo Lestra