Les 32èmes Journées Européennes du Patrimoine braquent leurs projecteurs sur le « futur du passé », les 19 et 20 septembre 2015

« Si nous pouvons au moins léguer, non seulement de beaux bâtiments et de beaux jardins […], mais surtout cette flamme, ce feu sacré, qui fait que les français seront, dans leurs villes et leurs villages, les gardiens du patrimoine, je crois que l’on aura laissé quelque chose [aux générations à venir]. » avait affirmé Jack Lang au présentateur Jean-Marie Cavada en 1996 sur le plateau de La marche du siècle. Tout commence avec l’ancien ministre de la culture, deux années après la célébration de la première Fête de la musique en 1982.

En 1984, il institue la première journée nationale consacrée au patrimoine national, sous le nom de ‘‘Journée portes ouvertes dans les monuments historiques’’.

Cet évènement dédié à l’ouverture des monuments publics et privés d’un pays à ses citoyens, connut le même destin que la Fête de la musique : dès 1895, il s’exporte à travers le monde et devient officiellement européen en 1991, lorsque le Conseil de l’Europe institue ‘‘Les Journées Européennes du Patrimoine’’. Chaque année depuis, une dizaine de millions de visiteurs investissent les quelque 17 000 sites ouverts gratuitement ou à tarif réduit* et profitent des évènements organisés en leur honneur. Du patrimoine historique et classique (monuments, théâtres, églises, musées), au patrimoine institutionnel (banques, chambres de commerce, préfectures, hôtels de ville, palais de justice, tribunaux) en passant par des demeures privées (palais, châteaux, navires) ou des lieux plus baroques (sièges de chaînes de télévision, anciennes prisons, fabriques, usines), plus de 50 pays à travers le monde font briller leurs richesses.

Une grande diversité qui s’uniformise en 1995 sous l’aura d’un thème général annuel.

535937_10204506583084516_8502755810146473263_n

Le week-end du 19 – 20 septembre 2015, « Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir » met en lumière un changement de regard sur notre culture. Le patrimoine doit prendre en compte le 10e art.

11391181_10204506584844560_915839500142829129_n

Il doit faire face aux évolutions des connaissances et des sciences, des techniques et des matériaux, des modes de représentation et des nouvelles perspectives sur la manière de faire connaître notre histoire culturelle. Le patrimoine immatériel est d’ores et déjà reconnu**, mais il reste encore à intégrer l’art créé avec les nouvelles technologies, qui constituera sans doute le patrimoine de demain.

« La destruction n’est pas quelque chose du passé, c’est malheureusement encore trop souvent, quelque chose du présent. » avait mis en garde Jack Lang. L’objectif du thème de cette 32ème édition est d’observer quinze années de création, de design, d’architecture contemporaine et de nouveaux espaces publics, pour comprendre ce qui fera demain la reconnaissance, la valeur et la protection du patrimoine de nos héritiers, témoignage de notre présent.

Fanette Catala pour VichyScope.info

*  Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les sites ouverts durant ces journées ne sont pas systématiquement gratuits. Ceci n’est valable que lorsqu’il s‘agit de monuments publics, rattachés à l’Etat ou de musées épinglés du label ‘‘Musée de France’’.

**  En 2010,  » le repas gastronomique français »  s’ajoute à la liste du patrimoine culturel de l’Unesco.

Crédit photographique : DES SIGNES studio Muchir et Desclouds