Gauvain Sers : la « corrida cathodique » et la finesse d’un jeune homme de 28 ans – CCVL -17 mai

Héritier musical de Renaud, comme on aime à le qualifier, Gauvain Sers incarne le nouveau succès de la chanson française. Vous pourrez le retrouver au Centre Culturel Valery-Larbaud, à Vichy, le 17 mai à 20 h 30.

Un appel téléphonique de l’immense Renaud, et voilà Gauvain Sers, jeune chanteur interprète propulsé sur le devant de la scène, en première partie de l’un de ses modèles. Sa chanson Pourvu cartonne, passe sur toutes les radios. Et depuis juin 2017, son album éponyme est disponible.

Si l’on entend aussi Dans mes poches, on connait moins ses titres un peu plus sérieux, comme « mon fils est parti au djihad ». Ce mélange entre musique grand public et thématique lui colle une étiquette de Renaud bis, lui valant quelques critiques…
Pourtant, le jeune chanteur explique ne pas avoir été influencé que par Renaud. Il écoute aussi Jean Ferrat, Bob Dylan ou Simon et Garfunkel. Pourtant, Gauvain Sers devra modifier son style pour se débarrasser de l’étiquette. Voix éraillée, petites mélodies guitare/piano, textes sympathiques, jeux avec les mots…

Rappelez-vous : son passage remarqué à On n’est pas couché, sur France 2, a montré l’intelligence de Gauvain Sers. Face à Christine Angot, chroniqueuse de l’émission qui s’en est pris à lui,  par une critique violente, gratuite et sans réel fondement, le jeune auteur/compositeur/chanteur, accusé d’écrire des bêtises et de manquer de finesse – à cause de son âge, n’en a cependant pas manqué en gardant le silence face à sa détractrice. L’artiste a préféré lui répondre de la façon la plus évidente pour un chanteur : avec un texte.

En attendant, si vous aimez « la bêtise et le manque de finesse » d’un interprète de 28 ans, vous pouvez aller au concert de Gauvain Sers, au CCVL, à Vichy, le 17 mai. Nul doute qu’il saura vous surprendre, agréablement…

Nicolas Berriegts, étudiant en journalisme à Vichy