Au Vernet, dans « Time », Laëtitia Daché danse dans la forêt

Laëtitia Daché, danseuse contemporaine qui habite à Paris et originaire de Vichy, réalise un nouveau film au cœur de la forêt communale du Vernet dans le cadre du concours international organisé par le célèbre compositeur de films Hans Zimmer et Sony Music.

Le concours « Enter The World of Hans Zimmer” invite tous les créateurs à réaliser un film sur une des 5 compositions sélectionnées au sein de l’album du compositeur The World of Hans Zimmer – A symphonic celebration

Parmi ces compositions, la jeune danseuse choisit de créer sur une des musiques de la bande originale du célèbre film Inception, réalisé par Christopher Nolan Time (Orchestra version – Live). Après un premier temps de création à Paris, c’est au Vernet que la réalisation du film a eu lieu, plus précisément au sein de la forêt communale de la ville. 

A l’instar du  film Inception, le court film chorégraphique interroge notre rapport au temps, avec un nouveau regard, et à la lumière de la période actuelle de restrictions sanitaires. Profondément musical, le film nous emmène dans une promenade où s’entremêlent nature et danse, rêve et réalité. 

Lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=1qP0oc9aWTA

Contact Laëtitia Daché laetitia.dache@gmail.com

Synopsis

Time est comme un océan avec sa succession de vagues. Des vagues se déplaçant d’avant en arrière. Des vagues comme une déclinaison, mais par essence différentes l’une de l’autre.
Time est comme un paysage qui se déroule, arbre après arbre. Tellement semblable, et pourtant toujours singulier.

Time est une répétition infinie qui nous rapproche pas à pas de notre vérité personnelle.

Time se répète mais avance, chaque seconde se déplie et s’étend de manière unique. 

Que se passe-t-il quand le temps semble répliquer à l’identique, encore et encore ? 

Est-ce un rêve, où le temps est toujours déformé ?

Est-ce la réalité, révélée comme un cauchemar de ressemblance qui s’enchaîne ? 

___

Dans cette vidéo, l’enchevêtrement de la nature et de la danse incarnent une perception altérée du temps que l’on peut ressentir en rêve ou dans la vie quotidienne. En effet, alors que cette vidéo a été tournée juste après le début du second confinement en France lié à la Covid-19, la perception de la réalité comme un thème répétitif infini, uniquement parsemé d’infimes variations, s’installe. Pour un danseur qui vit par le mouvement, le confinement ajoute une contrainte lourde et suffocante de ressemblance quotidienne à des jours normalement ponctués par un entraînement constant et des mouvements répétitifs, tout en apportant leurs propres défis qu’ils soient physiques, mentaux ou artistiques.

Et si le mouvement d’ensemble des vagues de notre vie n’allaient pas vers l’avant ? Le rêve incarne-t-il la liberté et la réalité, l’angoisse ? Peut-on choisir entre les deux ? 

C’est possible. Faire un acte de foi. Incipit liber.